Troisième tirage 2015-2016


Très prochainement, le BdA vous emmènera vers de nouveaux horizons artistiques avec son nouveau catalogue, préparé spécialement pour vous ! Vous pourrez tenter votre chance au troisième tirage au sort du BdA en avril… Nous vous tenons au courant !

Voici les différents spectacles disponibles :
Philharmonie de Paris :
Stabat Mater de Dvořák
Comédie Française :
Britannicus
Un chapeau de paille d’Italie
La Musica, La Musica deuxième
Un fil à la patte

Stabat Mater

Philharmonie 1 - Grande salle

Concert classique

Mercredi 27 avril à 20h30

20 places - 10€

Tomas Netopil (direction), Aga Mikolaj (soprano), Elisabeth Kulman (mezzo-soprano), Dimitry Korchak (ténor), Georg Zeppenfeld (basse)

À la suite de la mort de trois de ses enfants, Dvořák compose le Stabat Mater en 1877, première pièce sacrée du compositeur. L'oeuvre nous conduit dans une oscillation parfaite entre l'espoir et la lumière d'une part et la douleur de la perte d'autre part. Une riche écriture vocale et orchestrale mène avec perfection dans les domaines de l'affect et de l'émotion.
Maintes fois repris en musique, le texte évoque la souffrance de Marie lors de la crucifixion du Christ, et symbolise ainsi la douleur de la mère. Dvořák transcende ce poème en une oeuvre marquée par l'émotion.

Britannicus

Comédie Française - Salle Richelieu

Théâtre

Jeudi 12 mai à 20h30

20 places - 9€

Jean Racine (auteur), Stéphane Braunschweig (metteur en scène)

"Qui n'a jamais entendu parler de Néron ? Cet empereur romain est une des figures mythiques de l'Antiquité, notamment connu pour sa folie des grandeurs... Venez découvrir comment ce monstre apparut dans l'histoire romaine, à coup d'intrigues politiques et familiales. Plongez dans le monde des ambitions et des querelles internes, des liens familiaux, rencontrez les professionnels de la politique de l'époque, laissez-les mêler relations politiques et intimes, et contemplez la nature humaine sous toutes ses facettes dans cette splendide pièce de Racine.
Jean Racine nous livre ici une superbe tragédie, qui porte le nom de l'une des victimes de Néron lors de son ascension vers le pouvoir ultime. C’est le récit d'une prise de pouvoir, dépendante d'une personnalité incroyable, celle du futur empereur : Néron. Britannicus sera donnée pour la première fois depuis dix ans à la Comédie Française, mise en scène par Stéphane Braunschweig, faisant ici sa première entrée dans la salle Richelieu. Spécialiste des pièces anciennes, il aime les revoir à la lumière du présent. Véritable maître du théâtre contemporain, il s'attaque pour la première fois au répertoire de la tragédie classique."


« J’embrasse mon rival, mais c'est pour l'étouffer »

Un chapeau de paille d'Italie

Comédie Française - Salle Richelieu

Théâtre

Jeudi 2 juin 2016 à 20h30

20 places - 9€

Eugène Labiche (auteur)

Qui eût imaginé qu'un simple chapeau de paille pût entraîner Fadinard, jeune rentier parisien, dans une telle histoire ? Se promenant tranquillement le matin de ses noces, Fadinard croisa Madame Anaïs Beauperthuis en plein rendez-vous avec son amant, et le cheval du jeune homme mangea son chapeau ! Fadinard eût voulu rentrer tranquillement chez lui, mais le couple n'a de cesse qu'il leur promette de trouver un chapeau de remplacement, sans quoi le mari de Anaïs pourrait avoir des soupçons.
Fadinard décide alors de rechercher un chapeau de paille, tâche qui semble simple, mais est bien compliquée par la présence de la noce qui suit Fadinard partout et ne manque pas de créer le désordre. La quête de Fadinard le mènera chez une modiste, une baronne, et bien plus !
Avec un jeu parfait de quiproquos, d'humour et de satires, Eugène Labiche propose avec Un chapeau de paille d'Italie un chef-d'œuvre de la comédie française. Cet auteur, membre de l'Académie Française et précurseur du théâtre absurde, sait faire rire le spectateur et le fait bien. La mise en scène, par Giorgio Barberio Corsetti, met l'accent sur l'image du destin qu'est le chapeau de paille : un objet qui crée des liens entre personnages et les défait...


 «Pardonnez à mon émotion... j’ai un soulier qui me blesse...» 


« Vous me dites : « Attends-moi, je vais chercher un parapluie. » J’attends, et vous revenez au bout de six mois... sans parapluie !
— Tu exagères ! d’abord il n’y a que cinq mois et demi... quant au parapluie, c’est un oubli... je vais le chercher...
 »
 

La Musica, La Musica Deuxième

Théâtre du Vieux-Colombier

Théâtre

Mercredi 27 avril à 20h30

20 places - 9€

Marguerite Duras (auteur), Anatoli Vassiliev (mise en scène)

"Ce sont des gens qui divorcent, qui ont habité Evreux au début de leur mariage, qui s'y retrouvent le jour où leur divorce est prononcé... Ils ne savent toujours pas ce qui leur est arrivé...". C'est ainsi que Marguerite Duras parle de sa "Musica Deuxième". Un homme et une femme se séparent. La pièce est leur dernière conversation, avant que la fin ne survienne. Elle représente un dernier moment de grâce et de tension, un moment où la réconciliation semble aussi probable que le meurtre d'un des anciens amants par l'autre.

Avec cette conversation qui ne semble pas vouloir finir, Marguerite Duras compose de nouveau une œuvre centrée sur la voix. La voix, c'est également un des objets de recherche d'Anatoli Vassiliev, metteur en scène ayant marqué l'histoire du théâtre contemporain. La rencontre de Duras avec cet artiste internationalement reconnu promet un des moments de théâtre les plus passionnants de cette saison.

Un fil à la patte

Comédie Française - Salle Richelieu

Théâtre

Jeudi 16 juin à 20h30

20 places - 9€

Georges Feydeau (auteur)

"Il s'agit de l'histoire d'un jeune homme, Bois d'Enghien, qui est sur le point de se marier avec une riche héritière, fille d'un baron. Seul problème : il est actuellement l'amant de Lucette, chanteuse en café-concert, qui est embauchée par la mère de la fiancée pour chanter lors des festivités. Il devra donc s'arranger pour se débarrasser de sa maîtresse tout en déjouant les quiproquos qui le menacent à chaque instant de la pièce. L'apparition d'un général fou épris de Lucette et les caprices de la fiancée achèvent de parfaire le décor...
Découvrez à la Comédie Française ce chef-d'œuvre du vaudeville français couronné de trois prix Molière ! Une pièce mise en scène par Jérôme Deschamps, ancien pensionnaire de la Comédie Française et actuel dirigeant de l'Opéra-Comique."


« Viviane : - Je te demande pardon, c’est ça, l’amour ! C’est quand on peut se dire : " Ah ! Ah ! Cet homme-là, vous auriez bien voulu l’avoir… Eh bien ! c’est moi qui l’ai, et vous ne l’aurez pas ! " »