Sortie à la maison de la radio et de la musique


Mercredi 11 mai 2022

Le départ groupé depuis Ulm est prévu à 14h40, nous partons à cette heure là précisément à seulement quatre larron.e.s. Peut être que les 21 autres participant.e.s prévu.e.s nous rejoindrons sur place… Trente minutes plus tard nous sortons du métro à l’autre bout de Paris et traversons la Seine pour nous retrouver devant un gros bâtiment circulaire surplombé au centre par une petite tour. Il y a des travaux tout autours. Nous y trouvons cinq autres BdAteux.ses. Soit, notre visite s’effectuera à neuf, ce qui ne fut en pratique pas du tout un problème.

*** Petite remarque d’un BdA tout doux : cette situation où seulement la moitié des inscrits à un spectacle ou sortie via tirage BdA se pointe effectivement est assez récurrente. Cette remarque n’a pas pour objectif de blâmer celleux à qui ça arrive de ne finalement pas pouvoir venir (et nous en faisons partie) mais si vous avez des conseils pour améliorer cette situation n’hésitez pas à nous en faire part car nous nous sentons relativement géné.e.s vis à vis de nos partenaires et des artistes.***

C’est un retraité de la maison de la Radio qui nous fait la visite, ancien ingénieur du son que ce soit en studio, lors de concerts ou dans le cadre de reportages de guerre. Premier arrêt de la visite devant une maquette du bâtiment. On nous raconte l’histoire de sa construction en parallèle à celle du service publique de radio et télévision. Notre guide nous inonde de noms d’architectes, ingénieurs et physiciens (ahhh j’aimerais bien inclusiver là mais non hélas, que des hommes ont été cités). La maison a été construite comme un château fort : située loin du métro et de son bruit, l’enceinte circulaire pleine de bureaux constitue un rempart sonore et la tour-donjon du milieu conservait avant leur numérisation les archives. Amusant de noter la présence de bunker anti-nucléaires sous la maison attestant de sa construction dans un contexte de guerre froide.

Ensuite vient la meilleure partie de la visite : nous entrons dans l’auditorium alors que l’orchestre national et la maîtrise de Radio France commencent à s’installer pour une répétition !! Évidemment le lieu en lui même est exceptionnel : tous les studios sont des « boîtes » au sein du bâtiment pour l’isolation sonore. Tout est travaillé dans l’auditorium pour que chaque siège ait accès au même niveau sonore. On nous explique aussi comment se déroulent les prises de son lors d’un concert. Mais revenons à nos musicien.ne.s. La pré-répétition d’un grand orchestre n’a rien à envier à la rigueur fanfaronne : là aussi chacun grattouille et pouette dans son coin ne pouvant tenir un instrument dans la main sans montrer qu’on joue beau et fort comme un caddie (big up kad le caddie de la K-Fêt). Et pouf le chef d’orchestre arrive, tout le monde se tait, la répétition commence comme commencerait un concert : tous les sons remplissent la salle, les chœurs sont tout aussi incroyables que l’orchestre. C’est extrêmement impressionnant. Nous restons quelques instants mais il nous faut sortir car les répétitions ne sont pas ouvertes au public.

excusez ma qualité très médiocre d’image

Avant de terminer la visite nous passons par un studio pédagogique, les vrais studios ne nous étant pas ouvert, et notre guide nous montre l’horloge, qu’il appelle la patronne, la table de mixage à faire rougir un.e PLSeux.euse, et une table pleine de ports de micros.

Pour conclure et faire un résumé pour celleux qui ne lisent que la fin (comment ça n’existe pas ?) : belle journée avec du soleil, merveilleuse team de visite même si grandement réduite, guide bavard et passionné, orchestre dinguement impressionnant. À notre prochaine sortie BdA !

On va signer pour la postérité : Zoé