Sortie BdA – Février 2019


Tombes nabatéennes, site d’AlUla © Yann Arthus-Bertrand, Hope Production

Le samedi 29 février, le BdA20 a organisé sa première sortie ! Une vingtaine d’adhérent·e·s ont donc profité de notre partenariat et sont allé·e·s à l’Institut du Monde Arabe visiter l’exposition « AlUla – Merveille d’Arabie. »

L’exposition est née de la collaboration entre l’IMA et la Royal Commission for AlUla (institution culturelle saoudienne) et elle nous a plongé·e·s dans le monde de l’Oasis qui a traversé les millénaires. Grâce aux magnifiques photos de Yann Arthus-Bertrand, aux artéfacts présentés, et surtout à notre brillante conférencière, nous nous sommes échappé·e·s du froid parisien (qui était à l’époque notre unique souci… on notera l’absence de masques sur la photo !) pour quelques heures magiques. Ci-dessous, un extrait honteusement copié-collé du site de l’IMA pour celleux qui souhaiteraient en savoir plus…

« La région d’AlUla connaît la prospérité dès l’Antiquité grâce à la fertilité de son oasis. Elle la doit également à sa position de carrefour sur les pistes caravanières qui traversaient l’Arabie, en particulier celle de la myrrhe, de l’encens et des aromates convoyés depuis l’Arabie Heureuse. L’ancienne Dadan, mais aussi Hégra (Madâin Sâlih) sa consœur et voisine, joyau du Patrimoine mondial, furent respectivement  la capitale des royaumes dadanite puis lihyanite et une cité majeure des Nabatéens, parvenus ici depuis Pétra au Ier siècle av. J.-C., avant qu’ils ne soient intégrés à l’Empire romain. Un peu plus tard, à l’époque omeyyade, une troisième oasis, Al-Mâbiyât, prend le relais des deux sites antiques. Araméen, dadanitique, nabatéen, grec, latin, arabe : autant de langues et d’alphabets qui se déploient pendant des siècles sur les montagnes de grès remarquables d’AlUla, et qui content des instants de vie de populations passées et présentes. Puis la route de l’encens devient celle du pèlerinage à La Mecque : le paysage d’AlUla se transforme, des villes s’épanouissent et entrent en relation avec les célèbres empires musulmans. La vieille ville d’AlUla accueille alors habitants et pèlerins venus de Damas, mais également les premiers historiens et géographes arabes, dont le célèbre Ibn Battûta. »

Pour plus d’information sur l’histoire de la recherche archéologique à AlUla et la genèse de l’exposition, nous vous invitons à lire cet article très instructif !

Vive l’IMA, vive AlUla, vie le BdA !