Places Réduites pour Ils n’ont rien vu de Thomas Lebrun


L’Onde, l’un des partenaires du BdA, accueille le mardi 17 mars prochain le spectacle intitulé Ils n’ont rien vu mis en scène par Thomas Lebrun.

« Ils n’ont rien vu » : c’est la phrase choc qui nous vient du film Hiroshima mon amour, film Franco-Japonais d’Alain Resnais, inspiré du roman écrit par Marguerite Duras en 1958. Oui, ils n’ont rien vu à Hiroshima. Comme les neuf interprètes sur scène, ils n’ont rien vu de ce monde prêt à exploser. Pourtant, c’est un travail sur la mémoire et l’histoire qu’entreprennent les artistes, qui ont pris le soin de l’immersion et de la rencontre avec des victimes des bombardements.

Que reste-t-il de ce qui a disparu ? Que reste-t-il d’Hiroshima dans la mémoire collective des jeunes générations ? les sons ? les images ? les souvenirs d’un film ?  Aujourd’hui sur fond de mondialisation, de déferlement d’images en tout genre, comment se remémorer l’impact de ce tragique événement ?

Pour sa nouvelle création, Thomas Lebrun pose son regard sur un des grands traumatismes de l’histoire. Selon Thomas Lebrun : « Ils n’ont rien vu est une sorte de documentaire artistique. Il témoigne de notre vision, de notre ressenti sur Hiroshima. »  Pour l’aider à créer ce lien mémoriel, le chorégraphe fait appel à la plasticienne japonaise Rieko Koga. Selon l’artiste, le tissu n’est plus seulement un vêtement mais une membrane, comme une seconde peau où s’impriment les traces du réel, de la mémoire et de la psyché. Elle réalise pour ce spectacle l’unique et principal élément de décor. Il s’agit du Boro, un assemblage de tissus que les gens pauvres récupéraient pour se faire des vêtements, couvertures. Le boro constitue, ici, la métaphore des souvenirs reconstitués.

Pour ce spectacle, nos adhérent.e.s bénéficient d’un tarif préférentiel à 10€ grâce au mot de passe « BDA ENS ». Contactez le BdA à bda [at] ens [point] fr ou venez nous voir au Bûro pour plus d’informations !