Visite de décembre au Musée Marmottan Monet


En cette fin d’année, le Bureau des Arts vous propose de découvrir le Musée Marmottan Monet et son exposition Hodler, Monet, Munch. La visite, guidée, aura lieu samedi 17 décembre à 10h30. Chaque place coute 12 euros.
Pour participer, il suffit de vous inscrire sur GestioCOF (https://www.cof.ens.fr/gestion/bda/inscription/6). 13 places sont proposées pour la visite. Si nous avons plus de demandes, nous procéderons à un tirage au sort. Il faudra venir régler les places obtenues au burô la semaine prochaine pendant nos permanences.

Le Musée Marmottan Monet, ancien pavillon de chasse, possède la plus importante collection au monde d’œuvres de Claude Monet. Une salle inspirée de celle des grandes décorations de l’Orangerie des Tuileries accueille la collection du peintre. Le Musée présente également dans ses collections des œuvres prestigieuses de Berthe Morisot, Edouard Manet, Edgar Degas, Auguste Renoir ou encore Henri Rouart.

L’exposition Hodler, Monet, Munch réunit des peintres essentiels de la modernité européenne, entre impressionnisme, post-impressionnisme et symbolisme. Parce que leurs œuvres s’avancent dans le XXème siècle – jusqu’en 1918 pour Hodler, 1926 pour Monet et 1944 pour Munch- et qu’elles ont exercé une influence déterminante dans l’histoire de l’art. Mais, plus encore, parce qu’ils ont tous les trois affronté des questions de peinture en apparence insurmontables, avec la même constance et au risque d’être incompris. Comment peindre de face l’éclat éblouissant du soleil, avec de simples couleurs sur une simple toile? Comment peindre la neige ? Comment suggérer les mouvements et variations de la lumière sur l’eau ou sur le tronc d’un arbre, malgré l’immobilité de la peinture ? «J’ai repris encore des choses impossibles à faire : de l’eau avec de l’herbe qui ondule dans le fond… c’est admirable à voir, mais c’est à rendre fou de vouloir faire ça.» Ces mots sont de Monet, mais ils pourraient être ceux du peintre qui, jusqu’à sa mort, s’obstine à étudier l’horizon des Alpes depuis sa terrasse, de l’aube au crépuscule – Hodler. Ou de celui qui revient inlassablement – jusqu’à la dépression- sur les mêmes motifs colorés, une maison rouge, des marins dans la neige, le couchant – Munch. Tous trois ont mis la peinture à l’épreuve de l’impossible.

2016-10-25-10-33-45

exhi018505

monet_-_seerosen5

le-pont-japonais_1918_huile-sur-toile_100x200cm_1911_musc3a9e-marmottan-monet_paris_legs-michel-monet_1966c2a9musee-marmottan-monet_paris_france_giraudon_the-bridgeman-art-library1

expo-9-1024x786

musee-marmottan-monet