Troisième alternance à la Comédie Française: 4 spectacles très différents!


Chers membres du BdA,

Le BdA vous propose un regain de Comédie Française avec les spectacles suivants :

– Existence, le vendredi 5 avril à 18h30 au Studio-théâtre. Nous disposons de 15 places à 8 euros, placement libre.

– Les Trois Soeurs, le samedi 20 avril à 20h30 à la Salle Richelieu. Nous disposons de 25 places de catégorie C, à 8 euros.

– Un fil à la patte, le jeudi 16 mai, 20h30 à la Salle Richelieu. Nous disposons de 15 places de catégorie C, à 8 euros.

– Un fil à la patte, le mercredi 29 mai, 20h30 à la salle Richelieu. Nous disposons de 10 places de catégorie C, à 8 euros.

– Rituel pour une métamorphose, le jeudi 30 mai à 20h30 à la Salle Richelieu. Nous disposons de 15 places de catégorie C, à 8 euros.

Pour vous inscrire, merci d’envoyer un mail à bda {arobase} clipper {point} ens {point} fr en précisant bien le nom du spectacle en objet, et ce avant le vendredi 1er mars à 20h. Nous attribuerons les places en fonction du nombre de demandes pour chaque spectacle, et vous pourrez venir payer dans les jours qui suivent.

Pour satisfaire la demande très importante nous avons augmenté le nombre de places: nous disposons de 25 places (et non 15) pour Les Trois Soeurs et de 10 places supplémentaires pour Un fil à la patte, pour le mercredi 29 mai. Merci de préciser quelle date vous intéresse si vous demandez ce spectacle.

Ces offres sont réservées aux membres du COF.

Pour vous éclairer un peu dans votre choix, le BdA vous présente brièvement les pièces.

Existence, de Edward Bond, mise en scène de Christian Benedetti

Synopsis : Une nuit, x pénètre par effraction dans un appartement. Il tombe, sans s’y attendre, sur Tom, qu’il neutralise. Ce qui ressemble d’abord à un cambriolage tourne progressivement à une confrontation existentielle ; x parle de lui, de la vacuité de sa vie, il formule des exigences, il menace, il compatit, il joue la carte de la complicité, il supplie et finit par demander à Tom, sa victime, d’initier un complet revirement de situation.

Remarque : Benjamin Jungers est dit être exceptionnel dans le rôle de X !

 

Les Trois Soeurs, de Anton Tchekhov, mise en scène d’Alain Françon

Synopsis : C’est un jour de fête dans la maison des trois sœurs. Tout est joyeux et lumineux. Le deuil du père, mort il y a un an, est terminé. Les militaires, habitués de la maison, sont là. Arrivent les cadeaux et les récentes connaissances : Verchinine, le nouveau commandant de la batterie en garnison dans la ville, et Natacha, la fiancée d’Andreï, le frère. L’avenir est plein de certitudes heureuses : retourner vivre à Moscou, la ville natale, commencer à travailler, se marier. Quatre ans plus tard, le rêve de Moscou est mort, les sœurs ont été chassées de leur maison par leur belle-sœur, les militaires, qui constituaient l’essentiel de leur société, s’en vont. Tout s’est vidé : la ville et la maison, comme la question du sens qui a traversé toute la pièce. Les trois sœurs n’ont plus que l’espoir qu’un jour, peut-être, « on saura pourquoi l’on vit, pourquoi l’on souffre. » Les certitudes se sont transformées en suppositions, l’avenir ne s’envisage plus qu’au conditionnel, mais le présent réclame de vivre : c’est là que s’achèvent Les Trois Sœurs, au seuil d’une vie à recommencer.

Remarque : Cette mise en scène (de 2011) est reprise car a connu un grand succès. Elle est d’une très grande qualité scénographique et sera particulièrement appréciée des connaisseurs et amateurs de théâtre. La distribution est très bonne : Elsa Lepoivre, Eric Ruf notamment.

Un fil à la patte, de Georges Feydeau, mise en scène de Jérôme Deschamps.

Synopsis : Comment se débarrasser d’une maîtresse lorsqu’on prévoit de se marier le jour même avec une riche héritière ? Voici ce à quoi s’emploie Bois d’Enghien, amant de Lucette Gautier, chanteuse de café-concert, artiste réclamée par la baronne Duverger pour la signature du contrat de mariage de sa fille avec… Bois d’Enghien lui-même. L’amant ménage Lucette et déjoue la cascade d’événements et de quiproquos qui pourraient dévoiler son projet. Pour compléter le tableau : Bouzin, minable clerc de notaire et compositeur raté, le furieux général Irrigua, amoureux de Lucette prêt à tout pour conquérir la belle, et Viviane, la future mariée qui trouve son fiancé trop sage et rêverait d’un séducteur expérimenté, ainsi que quelques valets, rouages indispensables du vaudeville.

Remarque : La distribution de cette pièce est absolument exceptionnelle, avec notamment Christian Hecq, drôlissime, Florence Viala, excellente, et Hervé Pierre, qui soutient admirablement un rôle long et difficile. Il s’agit d’une pièce comique et très rythmée, que nous conseillons notamment à ceux qui auraient peur de s’ennuyer au théâtre : c’est impossible dans cette pièce ! Traînez-y les réfractaires au théâtre, ils seront convertis (et dîtes-leur éventuellement que Guillaume Galienne y joue un rôle féminin, ils ne pourront plus refuser…)

Rituel pour une métamorphose, de Saadallah Wannous, mise en scène de Sulayman Al-Bassam

Synopsis : Pour rétablir son autorité et celle de la religion, le mufti de Damas tend un piège au prévôt des marchands, Abdallah, qu’il fait surprendre en flagrant délit de débauche avec Warda, une courtisane. Puis, pour confondre le chef de la police qui a procédé à l’arrestation, il demande à Mou’mina, la femme du prévôt, de se substituer en cachette à la courtisane emprisonnée. Le prix demandé par Mou’mina en échange de cette humiliation va bouleverser de fond en comble l’équilibre social de la ville : se libérer enfin du poids de son mariage en choisissant la vie de courtisane. Avec son corps, du seul fait de sa beauté, de sa séduction et de son intelligence, Mou’mina, devenue Almâssa (le diamant), va défier et déjouer l’hypocrisie des mécanismes de domination entretenus par les hommes, et mettre ces derniers face à leurs contradictions les plus intimes. Elle paiera le prix fort du chaos qu’elle a engendré.

Remarque : Le grand Denis Podalydès y joue, et la pièce est originale – auteur contemporain très célèbre dans le domaine du théâtre arabe.